Don Juan

Je crois que le jour où il est entré dans ma vie, j’ai compris tous ces cavaliers qui parlent du « cheval de leur vie ».

Dans l’élevage où j’étais, j’ai eu un vrai coup de cœur pour Torride, une jument mérens avec un grain de folie, qui m’a fait découvrir cette race. Ce fût donc une évidence pour moi : si je devais avoir un cheval, ce serait un produit d’elle. Pour l’étalon, ce fût là aussi une évidence quand j’ai rencontré Saoussat, ce mérens guerrier au grand cœur. Et voilà, il ne restait plus qu’à la génétique et au hasard de la vie de faire le reste pour, peut être, me donner ce mâle dont je rêvais. J’avoue avoir essayé d’influencer les choses en lui parlant dans le ventre de sa mère, mais au final il a largement dépassé mes rêves les plus fous.

Don Juan c’est un peu un survivant, « le cheval qui a plusieurs vies » comme le surnomme sa vétérinaire. A moins de 6 mois, il se blesse et le vétérinaire de l’époque nous conseille de l’euthanasier car il sera soit boiteux à vie, soit mort dans peu de temps. A ce moment là déjà, il était hors de question de baisser les bras. En 2018, il se blesse à nouveau gravement au boulet. Là aussi, le pronostic vital est engagé mais une fois encore Don Juan va défier tous les scénarios pessimistes.

Un peu difficile de décrire objectivement ce cheval qui m’émerveille. Pour moi, il est à la fois malin, intéressant et intéressé, appliqué mais aussi un peu fougueux, collant et parfois sauvage…. Il est tellement de choses à la fois, et c’est tout ça qui le rend pleinement vivant.

Dans notre travail ensemble il n’y a pas de recherche de performances sportives, on avance ensemble dans un travail d’autonomie et un travail bio-mécanique juste. On fait surtout de longues balades dans les coteaux, des séances de dressage en carrière et beaucoup de travail à pied. A côté de tout ça, on partage des moments simples de balades à pied, de longues séances de « broutage » et des moments de gratouilles au pré….

Don Juan, c’est un vrai séducteur et ce n’est pas le troupeau de juments ni leurs propriétaires qui vous diront le contraire. Il vient vous voir avec ses grands yeux malins, ses longs crins au vent et vous amadoue en vous regardant dans les yeux tout en vous léchant les mains. Mais, si vous voulez lui mettre un licol et qu’il ne vous connait pas c’est une autre histoire, il ne se laisse pas séduire facilement lui, par contre!

Nous en sommes au début de notre histoire et il nous reste tellement de choses à vivre ensemble….

Leïla

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :